installer un faux plafond

Conseils pour installer un faux plafond

Parmi les travaux entrant dans le cadre de la rénovation de votre maison, le remplacement du plafond figure aux premiers rangs. Et la meilleure solution dans ce cas, c’est le faux plafond. Aussi bien pratique qu’esthétique, le faux plafond octroie des avantages améliorant considérablement le confort de votre habitation. Si vous décidez d’en installer, assurez-vous que la pose soit bien faite pour vraiment profiter des différents atouts de ce type d’installation. Voici donc quelques conseils pour bien installer un faux plafond.

Qu’est-ce qu’un faux plafond ?

Encore connu sous le nom de faux plafond fixe ou faux plafond suspendu, le faux plafond est une structure suspendue au plafond d’origine à travers des suspentes et des rails.

Contrairement au plafond traditionnel qui est fixé au plancher de l’étage supérieur, le faux plafond est installé indépendamment de celui-ci. Toujours comparativement au plafond classique qui est essentiellement fait de bois ou de plâtre, il est possible d’habiller les faux plafonds de matériaux plus modernes. En l’occurrence le PVC, des toiles, etc.

Vous pourrez également en fonction des travaux à réaliser couvrir partiellement ou totalement votre plafond d’origine.

Pourquoi opter pour un faux plafond ?

Esthétiquement, votre plafond actuel ne vous plaît plus ? Vous souhaitez adopter une décoration d’intérieur plus design ? Le faux plafond est l’alternative qui vous offre une plus grande marge de manœuvre allant même jusqu’à vous permettre d’intégrer de l’éclairage, par exemple, dans votre plafond.

La pause d’un faux plafond fait également partie des travaux permettant d’augmenter la valeur de votre maison. Dans le cas où la pièce concernée est relativement grande, vous avez plus de facilité à créer une ambiance plus confortable. Comment ? Tout simplement en abaissant un plafond un peu trop haut de la pièce.

Pour optimiser l’isolation de votre maison, aussi bien les murs que les plafonds sont à prendre en compte. Ainsi, après l’isolation des combles, un faux plafond vous permettrait d’isoler votre pièce aussi bien phoniquement que thermiquement.

Les avantages de la pose d’un faux plafond

Les avantages de la pose d’un faux plafond sont nombreux et chacun y a recours pour diverses raisons. Installer un faux plafond permettrait notamment :

  • de dissimuler des canalisations ou des câbles
  • d’intégrer des spots ou un nouveau système d’éclairage
  • d’optimiser l’isolation de votre pièce (thermique et acoustique)
  • de dissimuler l’état peu reluisant de votre plafond
  • de dissimuler de grosses fissures présentes dans votre plafond
  • de réaliser des économies de chauffage en réduisant la hauteur du plafond.

Les principaux types

À l’heure actuelle, il existe 3 principaux types de faux plafonds : les faux plafonds tendus, les faux plafonds suspendus et les faux plafonds autoportants. Chacun d’eux dispose de caractéristiques spécifiques. Le choix de l’un ou l’autre se fera en prenant les caractéristiques, vos besoins et votre budget.

Les faux plafonds tendus

L’installation des faux plafonds tendus est tendance et permet un rendu design. On utilise une toile qui devient souple et extensible sous l’action de la chaleur. Cette toile est ensuite tendue entre des profilés qui sont placés sur le mur.

Le plafond tendu est solide et se décline en motifs et couleurs variés. Par ailleurs, la technicité et la complexité de l’installation d’un faux plafond tendu requièrent les aptitudes d’un professionnel.

Avant de le poser, faites le tour de différents artisans, demandez des devis, comparez et optez pour celui qui saurait répondre au mieux à vos attentes.

Les faux plafonds suspendus

Le principe du faux plafond suspendu est assez simple. Une structure légère en bois ou en aluminium est fixée, grâce à des suspentes, au plafond d’origine.

Le plafond suspendu est essentiellement composé de rails et de plaques/dalles. On y a généralement recours afin d’aménager un espace vide servant à soit camoufler des câbles ou pour l’isolation d’une pièce.

Les faux plafonds autoportants

Il s’agit du type de faux plafond le moins utilisé et le moins connu. Leur particularité est qu’ils sont montés de murs à murs, et ce sans avoir recours à des suspentes.

Pour les mettre en place, des rails sont fixés sur deux murs de la pièce en vis-à-vis. On y fixe ensuite les montants après les avoir emboîtés.

Comment installer un faux plafond ?

Dans la plupart des cas, la pose de faux plafond est relativement simple, mais à condition de suivre méticuleusement les différentes étapes. Toutefois, retenez qu’il est plus prudent de faire appel à un artisan professionnel, si vous ne l’aviez encore jamais fait auparavant.

Si vous avez plutôt assez confiance en vos aptitudes de bricoleur, nous vous guidons étape par étape dans l’installation de votre faux plafond.

Les préalables à l’installation du faux plafond

Avant de vous attaquer aux choses sérieuses, il est primordial d’opter pour des suspentes en prenant en compte la nature de votre plafond. Votre choix dépendra également de la hauteur souhaitée entre le sol et le plafond.

Ensuite, prenez le soin d’esquisser la hauteur de votre plafond suspendu. Servez-vous pour cela du mur afin de vous situer. Assurez-vous également de tracer la hauteur des fourrures en utilisant l’épaisseur de la plaque du faux plafond.

Munissez-vous d’un niveau laser que vous poserez au milieu de la pièce en vous assurant que la projection du rayon se trouve exactement à hauteur de l’esquisse que vous avez préalablement réalisée sur le mur. À la suite de cela, dessinez un trait de hauteur sur l’ensemble des murs de la pièce.

Fixez les suspentes

Installez une première suspente à au moins 10 cm du mur. Elle vous sera utile en étant votre repère de hauteur pour celles qui suivront. Pour fixer les suspentes, assurez-vous qu’elle soit mise contre la joue de la solive. Ajustez ensuite la hauteur en vous référant à l’esquisse sur le mur puis vissez-les.

Reliez les quatre coins de la pièce où les suspentes ont été installées en utilisant un cordeau de nylon. Assurez-vous que l’espace entre les deux fourrures n’excède pas 60 cm. À présent, vissez l’un après l’autre les rangs de suspentes sans excéder l’écart de 60 cm le long des solides et 120 cm entre elles.

Fixez les fourrures

L’installation des fourrures est assez simple. Il suffit de clipper sur les suspentes. Vous pouvez ensuite permettre une liaison entre elles en utilisant une scie à métaux afin de les recouper. Mettez-les ensuite de bout en bout grâce à des éclipses de raccordement.

Installez les plaques du faux plafond

L’idéal ici serait de se procurer d’un lève-plaques. Il vous sera d’une grande aide dans le sens où ses roulettes participeront à la pose des plaques avec la plus grande précision. Par ailleurs, assurez-vous de laisser un espace de 5 cm avec le mur au niveau de la première rangée.

Dans le cas où les plaques sont trop grandes, adaptez-les en les découpant au cutter. Faites des découpes précises en utilisant une règle de maçon.

Occupez-vous des joints

Une fois les plaques installées, enduisez les joints d’une matière spéciale. Pas n’importe comment, mais entre les bords amincis. Fixez sur ceux-ci une bande de calicot et terminez en supprimant les imperfections grâce à un grand couteau à enduit.